Meta L'économie française vue par un entrepreneur franco libanais
 
 Services CVFM
Analyse Affiliation Noms de domaines Référencement Formations/Conférences Salon
Referencement, positionnement
24pm
Newsletters
 Ecom2...
 Brand Alert
 Droit ebusiness
 Nouvelle Economie
 Guide de l'ebusiness
 Etudes de cas
 Les nouvelles règles
 Discussions...
 Interviews
 Vidéo
Référencement
 Guide
 Assistants intelligents
 Discussion
 Annuaire web
 Top 100 francophone
 Interviews
 Emploi
 Offres
 Demandes de presse
Etudes et Stats
 eCommerce
 Connectés
 Etudes
 Appel d'offres web
 Publier un appel
 Consulter les appels
 Sellbuyweb
 Sites web à vendre
 Vendre votre site
 Agents Intelligents
 Dossier
 Annuaire web
 Interviews
 CVFM
 Présentation
 Revue de presse
 Nous contacter
 
 Copyright
hotel 
Bienvenue sur la communauté de l'ebusiness et du webmarketing
 

L'économie française vue par un entrepreneur franco libanais

La société française, qui n'en finit pas de parler de crise, reste centrée sur les mêmes sujets stériles et semble inquiète pour son avenir, traversant une grave crise de confiance.

Nous avons interrogé un entrepreneur franco-libanais qui a misé sur l'ouverture de l'économie mondiale dès le début de sa carrière et lui avons demandé son avis sur l'avenir de l'économie française.

« Je ne suis pas un spécialiste de l'économie politique ou de la macro économie mais je peux vous livrer la vision d'un entrepreneur » déclare Hassan Hachem. « De mon point de vue, la France affiche des points forts incroyables : un système d'éducation parmi les plus efficaces du monde, une vraie fibre entreprenriale répandue dans la population, une capacité d'adaptation globale hors pair, une véritable ouverture sur l'extérieur, un tissu économique diversifié, une épargne importante (10 % des revenus épargnés chaque année pour un patrimoine total de 12500 milliards d'euros ( chiffre à vérifier ?), soit l'équivalent de six années de PIB) et des champions mondiaux dans des secteurs en croissance et enfin, une population très productive. »

« Mais différents facteurs ont contribué à gripper le système au cours des vingt dernières années : la réduction de la durée légale de travail, le manque de compétitivité de nos entreprises, le manque d’investissements dans la recherche, ce qui a entrainé pour notre pays un retard dans certains secteurs, comme les nouvelles technologies, alors que la France possède un important potentiel humain dans ce domaine.

En outre, la lourdeur administrative et le fort taux d'imposition fiscal constituent un frein aux investissements étrangers. » Pour Hassan Hachem, l'investissement devrait occuper une plus grande partie dans les débats sur le budget, la dette et la gestion des déficits. Dans cette perspective, les débats autour de la nécessité d'une relance budgétaire n'ont pas le même sens. Il estime qu'une politique de relance n'aura que peu d'effets si elle donne du pouvoir d'achat que les ménages utiliseront pour acheter des smartphones fabriqués par des entreprises chinoises pour des multinationales coréennes ou américaines, ne payant pas ou peu d'impôts en France. Ce type de relance revient à griller ses propres cartouches : les pays qui réussissent aujourd'hui dans le monde appliquent une politique finalement assez proches de celle de la France durant les trente glorieuses : un équilibre entre les investissements de long terme (routes, autoroutes, TGV, ports, technologies, recherche et développement, éducation...). « Je pense que c'est ce qui a permis simultanément d'élever le niveau de vie des citoyens et en même temps de préparer l'avenir en renforçant le tissu économique français », poursuit Hassan Hachem.

« Pour finir, il faut relancer la croissance en palliant les inconvénients précédemment cités, ce qui permettrait de relancer certaines activités industrielles, d’assurer la compétitivité des entreprises françaises et leur présence, notamment, dans des secteurs de pointe comme les nouvelles technologies. Il faut également s’inscrire dans une logique de réduction de notre déficit public. Peut-être qu’il y a lieu de limiter le train de vie, plus généralement, de l’Etat pour ne pas hypothéquer l’avenir de nos enfants. »

«  Espérons que les gouvernants actuels ont conscience de tout cela et qu’il y sera remédié rapidement. »


Le portable le meilleur marché du moment

Phishing.fr
Agiligence.fr
Neodia webmarketing
CVFM Référencement


Merci France
Nouvel annuaire de recherche
Newsletters gratuites
Cliquez ici pour vous abonner


 

copyrights...

Weborama, les meilleurs sites francophones